Menu Principal

Contact :

Michel Nachez
7 place d'Austerlitz
F-67000 STRASBOURG cedex
Tel 03 88 35 44 45

mail : nachez(@)neo-cortex.fr

 

Mentions légales :
Directeur de la Publication et Webmaster :
Michel Nachez
7 place d'Austerlitz 67000 STRASBOURG
Tel 03 88 35 44 45

Site hébergé par :
1&1 Internet SARL
7 Place de la Gare - 57200 Sarreguemines
R.C.S Sarreguemines
Tel : 0825 0800 20

Renforcez votre Personnalité


 

Le monde a peu de compassion pour les vaincus. – Robert Pirotte / milliardaire self made man

 

Valérien, 24 ans, est très timide : il n'a pas du tout confiance en lui, est réservé et il dit de lui-même qu'il « manque vraiment de personnalité ».

En dehors de sa famille proche, il ne parvient pas à se sentir à l'aise et l'esprit tranquille quand il se trouve en contact avec un groupe de gens, même si ce n'est qu'un petit groupe de deux ou trois personnes. Lorsqu'il n'est pas parvenu à échapper à ce genre de circonstances (réunion, soirée, fêtes...), il s'y sent oppressé, sur le qui-vive et il n'a qu'une envie : que cela s'arrête et qu'il puisse s'en aller. Lorsqu'on s'adresse à lui ou qu'il est surpris, il rougit très souvent, ce qui l'embarrasse vraiment beaucoup et ajoute encore à son visible trouble.

Il a choisi son travail parce que celui-ci ne l'amène que peu à être en rapport avec autrui : il fait des plans et des  maquettes sur informatique et son « interlocuteur » privilégié est son ordinateur. Il n'a guère d'expérience avec les femmes – « draguer » ? : il n'imagine même pas comment il pourrait tenter cela !...

Valérien (comme c'est le cas pour toute personne souffrant de timidité) a ceci pour conviction/croyance (programmation) au fond de lui : « les autres » sont potentiellement dangereux. Alors, son Inconscient le contraint à adopter le comportement en « position basse » qui est la stratégie courante chez les personnes timides.

*************

 

Mylène, 31 ans, manque de confiance en elle. Elle  est secrétaire mais souhaiterait vraiment percer dans le graphisme et elle possède du reste la formation nécessaire pour cela. Il y a quelques années, elle a eu une opportunité très intéressante et qui l'aurait lancée dans ce métier, mais elle a un peu trop hésité à accepter parce qu'elle pensait qu'elle ne serait pas à la hauteur. Une camarade de promotion bien moins douée que Mylène sauta, quant à elle, sur l'occasion et parvint ainsi à se faire un nom dans la profession. Depuis, la jeune femme cultive sa déconvenue. Quand elle parle de cet échec, elle a souvent les larmes aux yeux et il est évident que le problème est fréquemment présent dans son mental : elle a en effet une vilaine tendance à « ruminer ».

Aujourd'hui encore, quand on la complimente pour quelque chose, Mylène trouve toujours un commentaire pour minimiser ses mérites. Elle sait aussi très bien se dévaloriser :

– Ah, si j'avais eu le courage d'y aller !

– Je suis vraiment nulle !

– Je vais passer mon temps à rater les coches !...

– Pourquoi n'ai-je pas couru le risque ? ! C'est fichu, maintenant...

Mylène a pour conviction/croyance (programmation) que cette mauvaise décision d'autrefois « prouve » son manque de qualités, va entacher tout le reste de sa vie et l'empêchera d'aboutir à ce qu'elle désire : réussir dans le graphisme. De ce fait, elle n'entreprend plus rien en ce sens. Sa personnalité manque de force et de solidité – et elle sait très bien entretenir cela à coup de jugements négatifs à son propre encontre... 

 

*************

 

Nicolas, 42 ans, a toujours été un peu inhibé. Il a néanmoins progressé dans la vie et a aussi fondé une famille. Il travaille en tant que chef d'atelier chez un artisan et il a réellement de bonnes compétences – d'ailleurs reconnues par ses employeurs et collègues. Anne, sa femme qui est Bretonne d'origine, voudrait revenir dans sa région natale, idée qui plaît d'ailleurs bien à son mari. Anne le pousse donc à déménager et à s'installer ensuite là-bas à son compte : elle se dit certaine des capacités de Nicolas à réussir dans sa propre entreprise. En fait, il aimerait bien – mais il n'ose pas : il manque grandement de confiance en lui et en ses capacités à travailler de façon autonome...

Il a pour conviction / croyance qu'il lui aurait fallu faire des études plus poussées (il a été formé en étant apprenti) et qu'il n'a ni l'intelligence ni le bagage nécessaires (nécessaires de son point de vue !) pour réussir et assurer le confort et la sécurité matérielle à sa famille en devenant chef d'entreprise...

 

*************

 

Toutes ces personnes souffrent de quelque chose que l'on trouve chez beaucoup de gens :

  • La carence de la confiance en soi
  • Un manque de solidité de leur personnalité...

L'enfance

La confiance en soi et une forte personnalité ne sont jamais des acquis de base : on ne naît pas avec... Il est nécessaire de se les bâtir – et certains y réussissent mieux que d'autres.

Dans cette période de formation de la personnalité et du caractère qu'est l'enfance, chacun vit des échecs et des humiliations et aussi des confrontations avec les autres, parents, familiers, enseignants... Et aussi camarades : comme nous l'avons tous expérimentés, les enfants ne sont guère cléments les uns envers les autres. Au fil de ces aléas, certains se forgent une forte et saine personnalité alors qu'en d'autres s'installent des blocages et des inhibitions dans la personnalité. Qu'est-ce qui amène à l'un ou à l'autre de ces résultats ? Le plus souvent, c'est lié au hasard :

  • Une victoire psychologique engrangée à un moment de réceptivité de l'Inconscient peut renforcer la personnalité et l'assertivité[1] : elle peut planter dans l'Inconscient la graine d'une conviction/croyance positive sur soi, du genre : « Je suis fort et solide » ; « Je sais  me défendre » ; « Je ne suis pas du genre à me laisser marcher sur les pieds » ; « Je sais gagner ! », etc...
  • Une défaite psychologique écopée à un mauvais moment peut commencer à imprégner l'Inconscient de convictions/croyances réductrices du genre : « Il vaut mieux que je fasse profil bas pour m'éviter les problèmes » ;  « Je suis nul ! » ; « Je ne suis pas assez [ceci ou cela] » ; « Je manque de capacités pour... » ; etc...

C'est donc dans l'enfance que se mettent en place les éléments d'assises de la personnalité et de la confiance en soi qui ensuite se cristallisent progressivement au fil du temps.

Ceci dit, rien n'est statique et définitivement acquis. Ainsi, dans le courant général de la vie :

  • Une forte personnalité peut se fissurer à cause de la survenue de problèmes (maladie, choc, accident, veuvage, licenciement, deuils...)
  • Et une personnalité manquant de solidité peut (et doit !) se renforcer.

Dans ces cas, le subliminal visuel peut intervenir très avantageusement pour (re)mettre les choses en place :

  • Restaurer quand nécessaire la confiance en soi et en ses moyens
  • Ou/et (re)développer la personnalité et la confiance en soi.

En effet, des films subliminaux créés spécialement dans ces objectifs peuvent tout à fait faire remédier à ces carences.

 

Des « success-stories »

Voici à titre d'exemple ce qu'il advint de Valérien, de Mylène et de Nicolas qui vinrent me consulter à mon cabinet :

Valérien, qui souffrait de cette très forte timidité, dut passer par une vingtaine de séances de PNL avec moi. Puis il visionna assidûment pendant trois mois des DVDs subliminaux que je lui ai conseillés sur les thèmes suivants : vaincre la timidité, renforcer la personnalité, développer la confiance en soi, améliorer les capacités à communiquer avec les autres, cesser de rougir. Et, très important : cultiver l'indifférence au jugement des autres sur soi  – en effet, l'esprit de chaque timide est bien trop préoccupé par cela : « Que pense-ton de moi (de ce que je fais, de mes capacités, de mon apparence, de mes réactions, etc...) » ? Ce souci, qui est présent en arrière-plan de façon plus ou moins constante, tend à paralyser le comportement et oblige à un auto-contrôle et à une méfiance usants...

En procédant ainsi, Valérien acquit progressivement une plus forte personnalité et sa confiance en lui s'affermit agréablement.

Dix mois plus tard, il revint me voir parce qu'il était désireux de sortir de sa solitude affective. Je lui ai alors recommandé les DVDs subliminaux sur la séduction masculine et sur la capacité à entrer en contact avec une femme.

Il se brancha alors sur les possibilités de rencontre offertes par Internet et entra  ainsi en contact avec quelques femmes sans toutefois que cela aboutisse à quelque chose de valable. Puis vint « la bonne » : aujourd'hui, Valérien vit en couple depuis plusieurs années. Il travaille toujours dans l'informatique et il s'y sent bien. Il est devenu charmant et facilement sociable et il s'est fait des connaissances et des amis. Lui et sa compagne veulent profiter des virées et des voyages qu'ils s'offrent plusieurs fois par an – ils prévoient un bébé pour dans quelques années...

 

*************

 

Mylène avait réellement besoin de restaurer sa confiance en soi et de cesser de se dévaloriser. Nous avons d'abord eu plusieurs entretiens au cours desquels je lui ai fait prendre conscience de son redoutable « talent » à se programmer des identités négatives : « Je suis nulle », etc.

Le problème c'est que, quand un Inconscient accepte ce genre de conception pour une vérité (une conviction / croyance), il contrôle le comportement et la vie dans la logique de cette « vérité-bidon ». Je fis aussi comprendre à cette jeune femme qu'un échec ou une mauvaise décision du passé n'ont pas à être cultivés et ruminés indéfiniment :

Il faut savoir faire table rase du passé et ne pas le laisser « polluer » le présent et l'avenir !

Ensuite, je lui ai propos é des DVDs subliminaux sur la confiance en soi et la force de personnalité, sur le fait de cesser de s'auto-saboter, sur la libération du passé, et sur l'élimination de l'émotivité excessive. Enfin : développer sa combativité m'a paru nécessaire pour compléter le traitement.

Mylène se remit au dessin puis alla proposer ses œuvres dans des entreprises fabriquant des carrelages, des tapis industriels, des tissus, des affiches, etc. Le patron d'une entreprise de cartonnages fut séduit pas la fraîcheur de ses dessins et elle a maintenant, en freelance, des contrats réguliers avec cette firme et d'autres. Elle en vit correctement et elle  a cessé ses auto-dénigrements et la rumination de regrets stériles. Elle est souriante, en forme, et visiblement épanouie...

*************

 

Le cas de Nicolas était le plus léger des trois. Sur mon conseil, il a utilisé des DVDs subliminaux sur le renforcement de sa confiance en soi et de sa personnalité, sur l'atteinte des objectifs et sur le développement de sa capacité à s'enrichir. Dix mois plus tard, il décida de déménager : ce qu'il concrétisa ensuite à la fin de l'année scolaire en cours. Il alla s'installer dans la belle Bretagne et y monta son entreprise. Il m'envoie une carte de vœux à chaque Nouvel An et il en profite pour me donner de ses nouvelles : tout se passe bien dans sa vie, il s'y sent bien et ses affaires sont prospères...

 

*************

 

À propos de prospérité et d'argent...

Vous avez rencontré le cas de Désirée plus haut dans ce texte – et je pense que vous avez compris comment et pourquoi elle échoua : sa programmation inconsciente l'a amenée à se saboter sans recours et à perdre beaucoup d'argent dans son échec.

Vous, vous ne voulez pas échouer dans ce domaine de l'argent, vous désirez avoir le confort et l'aisance – mais peut-être avez-vous tout au fond de vous une de ces convictions/croyances néfaste qui vous bloque ?...

 

Ainsi, dans le chapitre suivant je vous parle d'argent et du développement de votre prospérité et vous verrez comment le subliminal visuel peut vous aider en cela...

Car la Sagesse des peuples le dit :

– L’argent ne fait pas le bonheur – mais il y contribue !..[2]

Et vous voulez être heureux(se) dans votre vie, n'est-ce pas ?...

Alors, l'argent doit en faire partie...



[1] Assertivité : c'est la capacité à s'affirmer à la fois fermement, efficacement et sereinement.

[2] Bien entendu, il a existé des cultures où cette notion – l'argent – était sans objet. Ce n'est toutefois plus le cas : nulle part dans le monde n'existe aujourd'hui un humain, une ethnie ou un peuple qui n'ait pas besoin d'argent pour assurer survie, confort, sécurité, éducation, santé et bien-être. Qu'on le déplore ou non, c'est là un constat dont on est obligé de tenir compte dans nos vies.